Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Hommes

de Dieu
Historique / Date de Construction Nef et chœur intérieurs
Destructions / « 1914-1918 » Façade intérieure
Chiffres Fenêtres / Roses / Vitraux
Façade Exterieure Ouest Ornements & Mobiliers liturgiques

Nef / Transepts / Chevet

Sacres des rois de France
Coupe et élévation Horloge et Carillon
Mécénat des Vignerons & Maisons de champagne Spectacle son et lumière
Galerie de Photos
Les architectes du labyrinthe
Le Labyrinthe :

Le dallage de la nef était orné d'un labyrinthe, qui s'étendait sur toute la longueur de la troisième et la quatrième travée. Le labyrinthe symbolisait le cheminement du chrétien en quête de son salut. Il fut détruit par les chanoines en 1778.

L'archevêque Aubry de Humbert, qui posa la première pierre de la cathédrale, pourrait figurer au centre et quatre architectes aux angles.

Les dessins au sol étaient accompagnés de légendes :
- Jean d'Orbais maître des dits ouvrages qui en commença la coiffe de l'église (1211 à 1231)
- Jean le Loup qui fut maître des ouvrages d'icelle église l'espace de seize ans et commença les portaux d'icelle (1231 à 1247)
- Gaucher de Reims qui fut maître des ouvrages l'espace de huit ans, qui ouvra aux voussures et portaux (1247 à 1255)
- Bernard de Soissons qui fit cinq voûtes et ouvra l'O, maître d'ouvrage l'espace de trente-cinq ans (1255 à 1290).

Le cinquième maître d'œuvre, Robert de Coucy, met en œuvre la couverture en plomb (†1311). Des textes du XIVe siècle mentionnent maîtres Collard, Gilles puis Jean de Dijon sans qu’il soit possible de fixer leur tâche.

 

Les Innovations du chantier de Reims :

Le chantier : la fabrication des pierres en série.
On va assister sur le chantier de Reims à une standardisation progressive des pierres et une amélioration importante de la taille (rationalisation) et de la pose. Le gain de temps va permettre de monter plus vite les piliers, les piliers engagés, les jambages et les remplages des fenêtres.

 

Le pilier circulaire cantonné de colonnettes rondes.

La fenêtre géminée rémoise :
La fenêtre est montée comme un châssis de bois ou de métal, désolidarisée des maçonneries dans lesquelles elle est implantée. Elle est composée de deux lancettes surmontées d'une rose à six lobes. Ce châssis de pierre est constitué de très nombreux éléments, soigneusement marqués, que l'on va pouvoir reproduire en série, et qui vont donc faire gagner un temps précieux aux constructeurs. On monte les murs et, ensuite, on remplit les vides avec ces châssis de pierre : pour les fenêtres basses, le triforium, les fenêtres hautes.

 

Le passage champenois :
Conformément aux traditions champenoises, un passage est réservé dans l'épaisseur des contreforts, au niveau des appuis de fenêtres des chapelles rayonnantes, puis des bas-côtés. Ce vide créé dans la maçonnerie contribue à repousser les fenêtres basses à l'extérieur du mur et à créer un effet visuel supplémentaire.

 

Les chapelles absidiales octogonales :
Jean d'Orbais adopte pour les chapelles absidiales un plan octogonal, le plan circulaire de tradition romane n'étant plus adapté aux appuis des nouvelles fenêtres à meneau.

 

Villard de Honnecourt, architecte français du XIIIe siècle, venu sur le chantier de la cathédrale probablement entre 1220 et 1230 fut impressionné par le chantier de Reims, il a laissé sur son carnet de croquis sept planches légendées de dessins consacrés à Reims.